Enjeux du déploiement IPv6

Les gouvernements ont un important rôle à jouer en tant que principaux consommateurs de produits et services sous IP. Comme toutes les autres parties concernées, les gouvernements ont un besoin permanent d‘adresses pour soutenir la croissance en taille et en diversité des services publics qu‘ils assurent en ligne et pour permettre l‘évolution de leurs réseaux internes. Prévoir d‘adopter l‘IPv6 répond donc pour les gouvernements à un besoin stratégique lié à la croissance future des services qu‘ils offrent et à leur fonctionnement. Le Japon, la Corée, les États-Unis et la Chine sont en train d‘opérer la transition de leurs réseaux et services d‘administration électronique. L‘Australie et plusieurs pays d‘Europe sont aussi en train de lancer des projets de transition du secteur public. Le maître mot pour réussir est la planification.

Pourquoi planifier dès maintenant la transition vers l’IPv6 ?*

Il existe plusieurs raisons de commencer le processus de planification et de ne pas l’interrompre tant que le secteur et d’autres pressions externes suscitent des risques et des coûts supplémentaires.

  1. Le risque qu’une mise en place de systèmes IPv6 non préparée et non contrôlée sur les réseaux gouvernementaux entraîne des carences et des pertes au niveau des capacités de prestation de services.
  2. Le risque que la pénurie de compétences dans le domaine des TIC et en particulier dans le domaine de l’IPv6 devienne telle que les pouvoirs publics ne soient plus en mesure de faire concurrence au secteur privé en matière de personnel technique et administratif qualifié.
  3.  Les opportunités de prestations de services plus étendues, notamment dans les secteurs de la santé, de l’environnement et des transports, qu’engendrera l’IPv6 grâce aux diverses possibilités de mesure du milieu ambiant et de traçage qu’elle ouvre dans divers domaines.
  4. Le fait qu’un certain nombre d’autres pays, notamment les États-Unis, le Japon, la Corée, l’Australie et un certain nombre de pays d’Europe soient tous en train de suivre cette voie.
  5. Le risque que le coût d’un passage à l’IPv6 au moment où ce secteur et les fournisseurs mèneront le marché soit significativement plus élevé que si des phases de planification et de transition se succèdent dans un contexte de progrès contrôlé.

Les considérations économiques du point de vue d’organisations individuelles

Les enjeux économiques suivants sont à considérer pour les sociétés :

  • Continuité de service : le déploiement d’IPv6 prenant du temps, la planification des besoins d'adressage IP dans les années à venir peut permettre aux organisations de concevoir et de mettre en œuvre des stratégies optimisées pour préserver la croissance et la continuité de service après l’épuisement des adresses IPv4.
  •  Les coûts de mise en œuvre : Les coûts de mise en œuvre d'IPv6 varient considérablement selon les plans de déploiement ; en fonction par exemple du choix d'un déploiement mené par des équipes internes ou externes, l'échange de trafic, le transit, les types de DNS, les types de services Web, les types de services hébergés, etc.). Les experts estiment qu'à moyen ou à long terme, IPv6 permettra de réduire les dépenses opérationnelles d'administration de réseaux. Mais dans les premières phases de mise en œuvre d’IPv6, les capitaux mobilisés et les dépenses de fonctionnement augmenteront pour les raisons suivantes:
    • La formation interne et le perfectionnement des compétences.
    • Les coûts additionnels engendrés par un fonctionnement en double-pile (interopérabilité) et
    • Le risque d'absence de compétences et de préparation des fournisseurs et des services de back-office, ainsi que les risques d'augmentation des coûts du matériel et des couts de trafic.
  •  Présence initiale d’externalités négatives: Dans un premier temps, les acteurs économiques supportant le coût des NATs ne seront pas nécessairement obligés d'investir dans le déploiement d'IPv6. Avec le temps, ces externalités négatives devraient céder la place à des effets de réseau (positifs) pour ceux ayant investi antérieurement et étant donc prêt à l'accélération de l'adoption, dès qu'une masse critique se sera formée.
  •  La connectivité universelle qu'assure Internet : les experts prévoient qu'IPv6 deviendra critique pour la continuité de la connectivité universelle qu'assure Internet et qui est dans l'intérêt de nombreuses organisations.
  •  Pérennité et demande croissante d'adresses IP : IPv6 peut apporter une réserve d'adresses IP pour répondre à la croissance des entreprises, par exemple pour que les opérateurs de téléphonie mobile puissent proposer l'accès continu à Internet via des appareils mobiles, ou pour que les prestataires de services aient des adresses IP en nombre suffisant afin de proposer des services triple play**.
  •  Applications et services innovants : IPv6 permet de nouveaux services qui ne peuvent être mis en place avec IPv4, par exemple des réseaux de capteurs innombrables accessibles à distance et une plus grande facilité de communication de machine à machine.
  •  Avantage concurrentiel : le savoir-faire acquis en matière d'IPv6 est susceptible d'apporter un avantage concurrentiel dans certains secteurs industriels.

Considérations économiques à prendre en compte du point de vue des politiques publiques

Les enjeux économiques suivants sont à considérer au niveau des gouvernements :

  • Plate-forme pour l'innovation : IPv6 apporte une plate-forme pour l'innovation dans les produits et services liés à Internet, pour répondre à moyen et à long terme à des exigences de plus en plus mobiles, sans fil et un réseau Internet qui devient omniprésent.
  • Croissance et concurrence : IPv6 est nécessaire afin qu'émerge un environnement économique capable de soutenir une croissance forte et pérenne de l'économie numérique, favorisant la concurrence entre les acteurs et assurant l'ouverture aux nouveaux entrants.
  • Avantage concurrentiel : Le savoir-faire en matière d'IPv6 deviendra probablement un élément essentiel pour qu'une économie maintienne sa position concurrentielle dans le secteur des technologies.

IPv6 et retour sur investissement et coûts

L'Institut national américain des normes et de la technologie (NIST) du département du Commerce Américain (DoC) a publié la première étude indépendante de la dynamique des marchés émergents IPv6, en mettant l'accent sur le retour sur investissement lors de la transition vers IPv6. Le rapport conclut que l'IPv6 permettra de créer un marché de services de 25 milliards de dollars au cours du prochain quart de siècle, la génération de 10 milliards de dollars d'économies chaque année. Chaque dollar investi, génère 10 dollars en économie de coûts.

En termes d’économies, L‘IPv6 simplifie certaines fonctions d‘administration de réseau grâce à un en-tête simplifié permettant de rendre le routage plus efficient, grâce à l‘auto-configuration sans serveur, à une renumérotation plus facile, à un support immédiatement utilisable amélioré et à un support multicast renforcé avec davantage d‘adresses.

Les intéressés sont susceptibles de déployer l‘IPv6 lorsque le rapport coût/bénéfice, compte tenu des effets de réseau, le justifie. Les gros consommateurs d‘adresses, confrontés à des coûts non prédictibles pour l‘obtention des ressources, accéléreront probablement leurs projets de déploiement de l‘IPv6 au niveau de leur infrastructure interne dans la mesure du possible, et ils utiliseront de l‘espace d‘adresses IPv4 privées en complément, ce qui permettra de récupérer les adresses IPv4 publiques utilisées pour leur infrastructure interne et de les réattribuer. Par ailleurs, il deviendra de plus en plus difficile et de plus en plus coûteux d‘obtenir de nouveaux espaces d‘adresses IPv4 pour la croissance des réseaux, et le coût et la complexité de la consignation et de la gestion de l‘espace d‘adresses IPv4 restant augmenteront aussi.

Il peut donc y avoir des avantages stratégiques à éviter les coûts d‘opportunité ou les coûts variables de l‘IPv4 et du recours croissant aux NAT. Les décisions d‘adoption seront prises par de nombreux et divers agents (par exemple fournisseurs d‘infrastructure, fournisseurs de logiciels, FAI et utilisateurs) en fonction des coûts et des bénéfices qu‘ils anticiperont pour leur activité. Comme cela a été mentionné précédemment, les FAI peuvent décider d‘implémenter l‘IPv6 dans leurs réseaux internes si la réduction des dépenses d‘exploitation (courantes ou prévisionnelles) leur paraît devenir supérieure à la dépense de capital nécessaire pour continuer à utiliser l‘IPv4 et recourir davantage aux NAT. Il importe de remarquer que même dans un tel cas de figure, la fourniture de services externes de connexité IPv4 et le fonctionnement en double pile continuent d‘être envisagés.

La chaîne de l’offre, les coûts et les bénéfices

Source : OCDE d’après RTI, IPv6 Economic Impact Assessment, National Institute of Standards & Technology, octobre 2005.

Certains experts affirment que le coût de migration ne peut guère être le facteur déterminant dans le calcul de retour sur investissement, car ils sont liés à toute technologie évolutive; en outre, à partir d’une perspective historique, IPv4 a également eu cette migration et les coûts de remplacement, qui ne sont pas moins que pour IPv6. Certaines préfèrent utiliser le double mot «d'intégration et de coexistence » au lieu de « migration », faisant allusion à la possibilité de conserver et de faire de l'argent de l'investissement actuel, tout en investissant dans une nouvelle technologie basée sur IPv6 pour créer de nouveaux flux de revenus.

Coûts de la migration IPv4/IPv6

Coûts de la migration IPv4/IPv6  (source : http://repub.eur.nl/publications/index/894533906/)

Selon les estimations de RTI, pour l‘ensemble des parties concernées, le coût global (année de référence 2005) de la transition vers l‘IPv6 aux États-Unis devrait représenter environ USD 25 milliards, un coût qui sera supporté essentiellement sur la période comprise entre 1997 et 2025. Le coût prévisionnel le plus élevé concerne l‘année 2007 et représente USD 8 milliards. Aux États-Unis, toujours selon les estimations de RTI, les coûts de la transition vers l‘IPv6 devraient être supportés essentiellement par les utilisateurs (environ 92 %), les FAI et les fournisseurs n‘en supportant respectivement que 0.5 et 8 %.

Distribution des coûts de transition vers l’IPv6 pour les utilisateurs.

  Répartition du total des coûts de transition
Catégorie Coûts pour le réseau interne
Logiciel de gestion du réseau (mise à niveau) 18 %
Test du réseau 17.6 %
Processus d’installation 24 %
Maintien du niveau de performance du réseau 16 %
Formation (commerciaux, marketing et techniciens) 24.4 %

Le total des pourcentages donne 100 % et représente la répartition de l’ensemble des coûts du passage à l’IPv6 pour les utilisateurs.
Source : RTI International, 2005

*. Source : D’après A Strategy for the Transition to IPv6 for Australian Government agencies, Building Capacity for Future Innovation, AGIMO, october 2007

**. the triple play service is a marketing term for the provisioning of the two broadband services, high-speed Internet access and television, and one narrowband service, telephone, over a single broadband connection.

Content